Sélectionner une page

 Tout d’abord, qu’est-ce que le web ?

 

Littéralement, “web” nous vient de l’anglais et signifie “toile” comme dans une toile d’araignée. Nous l’appelons de cette manière à cause du schéma que nous nous faisons du web premier du nom, à savoir des pages reliées entre elles par des liens hypertextes. Si nous essayons de nous le représenter, nous arrivons donc à l’image d’une toile d’araignée où les fils sont des liens et où les jonctions sont des pages. Rien de bien compliqué, n’est-ce pas ?

Cependant, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le web et internet sont deux choses bien distinctes : le web est une application parmi d’autres d’internet. Comme autre application, il existe le courrier électronique (mails) par exemple, ou encore le partage de fichier. Il faut donc faire attention à ne pas confondre les deux termes.

Nous avons parlé de web premier du nom car le web a bien changé depuis sa création il y a presque 30 ans maintenant. En effet, il a subi de nombreuses améliorations depuis. C’est ce que nous allons voir maintenant.

Pourquoi parle-t-on de versions 1.0, 2.0 et 3.0 ?

 

Ces chiffres notifient de la version du logiciel en question. Tout logiciel a différentes versions qui évoluent avec le temps selon les améliorations apportées. Le chiffre avant le point définit les changements importants et majeurs. Celui après sert pour les changements mineurs qui s’implémentent dans les gros changements au fil du temps. Une version 1.0 représente donc le commencement d’un logiciel, c’est sa première version officielle et publique.

Nous précisons « officielle et publique » car il peut également exister des versions 0.X dans le cadre de versions dites “bêta” voire même “alpha”. Ces dernières sont les versions tests d’un logiciel avant sa sortie officielle pour corriger les éventuels problèmes. Dans le cadre de très gros logiciels qui évoluent sans cesse, même si c’est imperceptible pour nous, utilisateurs lambda, nous pouvons nous retrouver face à des versions interminables comme par exemple Google Chrome qui, au moment de cet article, en est à sa version 73.0.3683.103.

Vous suivez toujours ? En résumé, avant le point c’est la version majeure, et après le point, c’est la version mineure.

Mais dans le cadre du web, qu’est-ce que cela signifie ? Et bien heureusement, il n’est actuellement question que de 3 versions (même si nous sommes actuellement toujours dans la deuxième) et elles marquent donc les changement GIGANTESQUES parce que dans le cadre du web, il y a des changements sans arrêt (littéralement).

 

Le web dit 1.0 :

Comme nous l’avons vu, la première version n’était autre qu’un web classique et statique : nous naviguions d’une page à une autre via des liens et c’était tout. Sur l’image ci-dessous, vous aurez un aperçu de la toute première page web sortie. Nous sommes loin de ce que nous connaissons aujourd’hui : du web dynamique et aux possibilités quasi infinies, n’est-ce pas ? Et bien à l’époque, nous pouvions juste écrire, changer rapidement les tailles de polices et insérer des liens hypertextes mais c’était à peu près tout. Pas d’image, rien. Puis, petit à petit, le web a été amélioré, on a crée des langages afin de dialoguer avec le web et de lui faire afficher plus de choses. Le langage CSS qui permet de modifier l’esthétique d’une page par exemple… Ces changements sont les versions mineures : 1.1, 1.2, 1.3 etc… en simplifié.

Capture d'écran de la première page web

Capture d’écran de la première page web officielle

 

Le web dit 2.0 :

La seconde version est celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement : c’est l’ère du web participatif. Il est caractérisé par la tournure sociale qu’a pris le web au début des années 2000. Le premier exemple qui vient pour illustrer ceci est évidemment Facebook (puis Twitter, Instagram, Snapchat, et tout ce qui s’en suit).

Mais il est illustré sous d’autres formes que les réseaux sociaux comme par exemple le crowdsourcing (“production participative”). Cela se résume grossièrement à un travail de fourmi dans le sens où c’est la masse des internautes qui joint ses compétences afin de créer un résultat. En plus de tout cet aspect pratique et technique, il y a un réel intérêt pour l’aspect visuel qui est apparu avec de plus en plus de possibilités pour les développeurs de créer du contenu dynamique et plus appréciable à l’oeil. Ci-dessous vous pouvez voir la première version de facebook, il y a eu du chemin de fait depuis…

Capture d'écran de facebook

Capture d’écran de la première version de Facebook

 

Le web dit 3.0 :

Enfin, la troisième version sur la liste des versions majeures du web. Cependant, sa particularité est que nous ne sommes pas encore sûrs de quelles seront ses caractéristiques. Actuellement, chaque spécialiste utilise cette dénomination afin de décrire la prochaine version selon son propre avis. Il existe tout de même deux avis qui regroupent plus d’adeptes que les autres à savoir :

  • internet des objets : c’est l’interaction entre des objets par le biais de l’internet. Par exemple, le fait de pouvoir voir ce qui se passe chez soi directement sur son téléphone grâce à une caméra placée au préalable, de pouvoir savoir depuis son téléphone ce que l’on a dans le frigo, etc… Nous avons commencé à mettre le pied dedans, et nous ne sommes probablement pas prêts pour ce qui nous attend dans le domaine ;

  • web sémantique : d’après le W3C (organisme qui régit le web), “le web sémantique fournit un modèle qui permet aux données d’être partagées et réutilisées entre plusieurs applications, entreprises et groupes d’utilisateurs”. Là encore nous commençons doucement à y entrer mais ce n’est pas sans risque : comme il a été prouvé récemment avec Facebook notamment et les problèmes de fuites d’informations privées.

 

Et voilà, vous savez tout ce qu’il faut pour mieux appréhender et comprendre le web. Nous espérons que ces informations vous auront été utiles, et nous vous souhaitons bonne continuation sur la toile.

 

">